Quels sont les types de risques bancaires ?

Quels sont les types de risques bancaires ?

Le risque bancaire est inévitable pour un établissement bancaire lors de l'exercice de son activité. De par son rôle d'intermédiation financière et ses services connexes, les banques s'exposent à de nombreux dangers. Le risque bancaire est souvent identifié à un danger bien spécifique. Les événements sont parfaitement identifiables, mais on ne peut savoir quand il va se produire. Face à cette incertitude, il est important de savoir anticiper et prendre des mesures au préalable afin de mieux se prémunir contre les risques existants. Quels sont les différents types de risques bancaires ?

Le risque de crédit et le risque opérationnel

Le risque de crédit désigne une éventualité de non-remboursement d'une dette contractée par un emprunteur auprès d'un établissement bancaire. La bonne gestion de ce risque est un enjeu majeur, car il y va de la survie de l'établissement bancaire. Pour ce faire, une banque doit être capable de consolider en calculant l'exposition à la nature de l'opération et de l'échéance.

Le risque opérationnel désigne un risque pouvant intervenir dans l'activité courante de la banque. Ceci peut s'agir d'un problème informatique, d'une erreur de trading ou d'un litige. Pour y pallier efficacement, les établissements bancaires mettent en place des procédures de vérification de chaque opération. Pour mieux appréhender ce type de risque, la banque doit mettre en place un dispositif de signalement des problèmes à la hiérarchie supérieure.

Le risque de change et le risque de taux

C'est un risque qui intervient lors des investissements à l'étranger (emprunt en Dollar par exemple) et pour les produits financiers en devise étrangère. Une hausse de la devise par rapport à sa monnaie est un coût pour l'établissement. Pour une meilleure gestion du risque de change, il est recommandé de stabiliser la valeur des flux à venir en monnaie étrangère.

Le risque de taux quant à lui est souvent assimilé à une hausse des intérêts, selon la tendance et les fluctuations du marché ou la politique monétaire de la BCE. Cette augmentation peut causer des problèmes à une entreprise emprunteuse qui effectue un taux variable. Pour mieux gérer ce risque, certains experts préconisent un transfert de gestion vers un centre d'expertise pour que les fonds propres y afférents soient évalués en conséquence.

Le risque de liquidité et le risque de volatilité

Le risque de liquidité se rapporte au risque de ne pas trouver de contrepartie pour vendre ou acheter un produit financier. La possibilité d'échange repose sur le nombre d'acteurs qui exercent sur le marché. La mise en place de deux types de liquidité peut résoudre ce problème. Il s'agit d'un ratio de liquidité à court terme et de ratio de liquidité à long terme. Ces politiques sont adoptées par des établissements comme Vernes et Associés fondé par Cyrille Vernes qui privilégie la protection des avoirs de sa clientèle.

Concernant le risque de volatilité, ce dernier représente la fluctuation des prix d'un produit financier. Celle-ci est incertaine et aléatoire. Par mesure de sécurité, il est recommandé de préférer un titre en liquide qu'un titre volatile. Ce risque est à prendre en considération, car elle tient une place prépondérante dans l'étude de marché et contribue à la diversité des portefeuilles. Cependant, la gestion de ces types de risques bancaires sont le lot quotidien de Cyrille Vernes. Pour mieux faire face à ces risques, il se base sur une philosophie qui met en avant l'importance de la patience et de ne pas se laisser influencer par les évènements.